Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2009

Pour toujours témoigner

fresque estalgi cadrée 1200.jpg

C'était l'avant-dernier jour des fêtes de Bayonne, ce dimanche 7 août 1983. Nous nous activions à préparer la soirée au batzoki d'Estalgi, je ne sais plus quelle heure il était, tôt encore, certainement, je ne suis même plus certain de qui m'avait dit quoi à propos des « événements de Léon » ce jour-là, ni dans quel ordre nous pûmes remonter le fil dramatique de cette tragique rencontre entre « soldats d'une cause et soldats d'un État »... la mémoire pour demeurer vive nécessite une reconstruction permanente.

C'était nos premières fêtes de Bayonne à Estalgi. Avec les Herri Taldeak, nous avions acquis depuis peu ce local, rue des Visitandines, et l'idée de l'ouvrir pour les fêtes allait de soi au vu de sa situation privilégiée. À l'époque, le Petit Bayonne que nous appelions quartier St André était le cœur de la fête, nous escomptions donc des gains conséquents pour ces six jours de liesse populaire. Des gains qui nous couvriraient au moins le loyer d'une année et peut-être même davantage. Cela aiderait à financer le soutien à nos prisonniers, pensions-nous ; un soutien qui ne manquerait pas de nous exiger toujours plus de moyens et humains et financiers étions nous déjà convaincus. L'arrestation de Xanpol et Erik, au début de ces fêtes, au milieu d'un été de résistance anti-touristification, présageait d'un avenir que personne bien sûr n'avait imaginé sous la forme de la spirale infernale dans laquelle nous étions déjà entrés.

Lire la suite

05/08/2009

Un an de plus d’une question sans réponse

Un an ! Un an déjà, depuis cette soirée du 7 août 2008 à Heleta, si digne et empreinte d’émotion, qui rappela aux mémoires défaillantes qu’une blessure impossible à cicatriser perdurait alors depuis 25 ans : la disparition de Jean-Louis ‘Popo’ Larre à la suite de l’affrontement du camping de Léon (7 août 1983).

nun da popo.jpgL’optimiste invétéré que je suis doit malheureusement en convenir : les mémoires un temps ravivées sont retombées dans la léthargie… Ainsi, sur ce blog créé spécialement pour lutter contre l’oubli, pour mobiliser les consciences, pour briser la chape de silence, et à la fin des fins pour concourir à retrouver la trace de Popo… rien ne bouge depuis un an ! Et pourtant ce n’est pas faute que l’admi- nistrateur ait essayé, à bien des reprises, de bousculer les immobilismes, d’en appeler au simple geste de faire écho de site en site, de blog en blog, de forum en forum au rappel de cette volonté de savoir enfin où est Popo, « Non da Popo ? ». La dernière contribution date du 8 août 2008 qui relate en texte et reportages photos, vidéos et sons l’hommage qui s’était déroulé à Heleta et qui avait réchauffé bien des cœurs, soulevé bien des émotions. Oui, mais voilà, tout est là justement : l’émotion ne fait pas l’action…

Lire la suite